Il va être le point de départ du parcours, par l’identification et la reconnaissance d’un état « anormal » (troubles physiques et psychologiques, inefficacité dans le travail, etc.) et de la nécessité de prendre des mesures spécifiques et drastiques afin d’y remédier. Cette prise de conscience s’effectue progressivement. En situation d’épuisement chronique, il est évident que le processus de changement ne pourra se mettre en place que si la personne parvient à identifier et reconnaître la situation dite anormale dans laquelle elle se trouve. En cette période, si l’environnement est hostile, sanctions, perte des budgets… cela ne peut que renforcer la culpabilité sous-jacente au déni.

Malheureusement, on réagira en résistant à admettre qu’il ne s’agit pas d’une simple fatigue, et que le problème a une dimension psychologique beaucoup plus grande et plus profonde. L’aide de l’entourage peut être fondamentale dans cette prise de conscience. Elle peut être tout aussi néfaste et produire l’effet inverse si on ne se rend pas compte de la gravité dans laquelle la personne atteinte d’un Burn-Out se trouve et qu’elle n’est pas prise au sérieux.Dans mon cas, cette reconnaissance s’est faite progressivement, avec l’aide de mon thérapeute. J’ai compris que mon environnement de travail était la cause de mon problème. Trop de surmenage intellectuel avait causé la perte de mes facultés mentales et physiques. Une fois le problème ou les problèmes identifiés, j’ai évidemment pris conscience de l’origine et de la cause qui ont déclenché ce premier Burn-Out. Mon thérapeute, d’une très grande aide m’a accompagnée vers la guérison. De plus, mon entourage familial a été très humain et très compréhensif.

Phase 2 : La distance
Phase 3 : Restaurer nos capacités
Phase 4 : Analyse et réflexion
Phase 5 : La rupture
Phase 6 : Le nouveau projet

 

Envie d’en savoir plus?

Découvrez le livre « Aux confins de l’épuisement professionnel » de Sophie Chassende.

Extrait et vente du livre sur www.surmenage.net